Prix suisse de la prédication 2017

« Oser penser, pouvoir agir, aimer croire » : c’est sous la devise du cinq centième anniversaire de la Réforme que la Fédération des Églises protestantes de Suisse, pour la deuxième fois, décernera le Prix suisse de la prédication. Êtes-vous chargé de la prédication dans une paroisse ? Si oui, n’hésitez pas à participer ! Le concours est ouvert à des personnes de toute confession chrétienne, protestante, catholique, orthodoxe.

Dans les églises de Suisse, dimanche après dimanche, des milliers de prédicateurs et prédicatrices montent en chaire pour proclamer la Parole de Dieu et livrer des réflexions sur l’importance de l’Évangile pour notre temps.

La prédication est une ancienne et vigoureuse tradition chrétienne, renouvelée par la Réforme et qui s’est conservée jusqu’à nos jours. Mais une prédication (ou un sermon) est aussi une œuvre d’art, et c’est ce que la Fédération des Églises protestantes de Suisse veut manifester.

Comment traiter le thème proposé ? Comment le respecter sans y coller ?

Le thème « Oser penser, pouvoir agir, aimer croire » offre un cadre large. Il s’agit de reprendre des impulsions venant de la proclamation de l’Evangile par les Réformateurs – mais en toute liberté chrétienne et en dialoguant avec un texte biblique.

En aucun cas n’est attendue une interprétation exhaustive de la devise « Oser penser, pouvoir agir, aimer croire ». Ni d’ailleurs une action publicitaire pour le Jubilé de la Réforme. Convient-il de citer un Réformateur ou l’une des femmes de la Réforme ? Peut-être si la citation s’articule de façon heureuse avec le message. Mais on peut très bien y renoncer – et une citation artificiellement plaquée sur le discours sera à éviter de toute façon.

Parmi les exemples que l’on peut imaginer de traitement du thème figurent la liberté chrétienne aujourd’hui, croire en Dieu, l’Évangile en parole et en actes, notre vie en Christ, vivre en situation minoritaire, vérité et dialogue, la spiritualité de la création, foi chrétienne et communion interreligieuse. Et beaucoup d’autres. Il est évident que le contexte actuel de l’annonce de l’Évangile est différent de celui de la Réforme – ce décalage peut et doit être assumé.

Somme toute, il s’agit de se laisser habiter par la Parole de Dieu et de « faire quelque chose de courageux pour l’amour de Dieu ».

Le Prix suisse de la prédication 2017 est décerné pour la deuxième fois et en deux catégories linguistiques : allemand ou romanche, français ou italien. Pour chaque catégorie, un jury désigne l’auteur de la meilleure prédication. Il est ainsi tenu compte de la diversité linguistique de la Suisse.

Le Prix suisse de la prédication, doté d’un montant global de 3´000 francs, sera remis le 6 novembre 2017 à Berne